Les Larretiens

Une idiomunité 

Asaf 

Asaf Pratique la danse contact depuis plus que 20 ans, il a étudié à Tel Aviv, New York, Paris et Boston.Parmi ses professeurs les plus influents sont Steve Paxton, Kirsty Simson, Lisa Nelson, Andrew Harwood et Dieter Heitkamp. Depuis 2000, il a enseigné en Europe (Paris, Amsterdam, Fribourg Festival, Ibiza Festival, Kiev Festival…), les États-Unis (Boston, Earthdance, et IC 36) et à Buenos Aires. Asaf est l’un des fondateurs du Collectif Contact à Paris et l’association explorations sphériques. Il vit actuellement dans cette ville, où il fait ses investigations en neurosciences cognitives du langage, de la danse et de l’improvisation (labodanse.org). Il est un rolfer® ceritifié, formé par Hubert Godard. 

Arnaud  

Arnaud Arvengas 37ans, Morvandiau-parisien.

Papillon qui aime butiner d’une discipline à une autre, j’ai fait de la physique et des chantiers, pendant mon enfance, pendant mes études, j’ai finalement opté pour les chantiers, en tant qu’ouvrier et ne le regrette pas. J’ai appris sur le tas essentiellement, au contact de plein de gens qui m’ont transmis techniques et savoir faire, au contact de la matière qui ne te dit pas toujours comment faire, mais à force de patience, on finit par trouver. J’ai monté ma petite boîte et ai bien travaillé pendant 6 ans à Paris et en France en rénovation et un peu construction dans des domaines très variés (plomberie, électricité, menuiserie, charpente, couverture, maçonnerie, isolation, aéraulique, drainage, serrurerie)

Pendant ce temps, après avoir pratiqué pas mal de sports (cyclisme sur route, escalade, voile..) plus ou moins intensivement, j’ai rencontré la danse contemporaine à laquelle je me suis beaucoup consacré. Je fais maintenant partie de deux compagnies. Je danse aussi un peu le tango.

La danse a beaucoup changé mon rapport à ma façon de bouger y compris sur chantier, non je ne fais pas de traversées en grands jetés pour aller d’un point à un autre,  ni de ports de bras pour porter des parpaings, c’est plus minime, mais quand même.

Sinon j’aime bien voyager, mais lentement (a pied, en stop, à vélo, en voiler) et pas forcément loin, l’essentiel étant les rencontres avec les autres, et avec soi même.

Filippo

Filippo

Je suis italien bien que cela ne puisse paraître etre le cas.
Je suis fils de la mer mais parfois j’oublie. Les plantes et les rebus me retiennent sur terre ainsi je me souviens que la danse est ma contribution au monde.
J’étudie comment etre multiple: patissier, skipper, anthropologue, chauffeur, danseur, masson, guérisseur, cuisinier, sculpteur, mécanique, photographe, performer, fourmis, fainéant.
Je suis convincu de l’importance biographique de la solitude et du silence mais la con-science est le savoir ensemble. J’aime bien attendre.

Thomas 

Thomas.

.

Ziva 

Živa
Doesn’t like to fit in any description, she often needs change and often needs time alone in order to nourish her creative forces. She seems to be appearing and disappearing in the life of Larret on a regular basis – but you can be sure she will always appear again with a slightly renewed version of herself.
Since her studies, the anthropological method of participatory observation has remained her main approach to life, while the CI practice also strongly marked her way of being in the world over the last decade.
Apart from dancing, her body has many diverse needs… Her hands need to get dirty from time to time by working the land or helping with renovation work, but then they also need to get sensibilized and energized by doing some intuitive shiatsu based bodywork. Her legs often need to go walking or running alone (or with Laila) across the surrounding forests and meadows. Her many body parts enjoy digging holes (for planting trees or just for fun) and free-style
intuitive gardening (and sometimes free-style intuitive everything…). Her brain obviously needs (?) a lot of thinking and reflecting. All that said, she sometimes needs a really long deep sleep. When she disappears from Larret for a longer period, it’s usually because she needs silence, emptiness,
vastness and regular deep immersions in the (Croatian) sea. She is forever inspired, challenged, troubled, and blessed by the complexity of relation-making, relation- unfolding and love-in-action… She often feels the most comfortable and peaceful in being ‘alone together’. She finds some expressions she heard people saying to be quite wise: ‘Nothing is final’, ‘Problems don’t get solved, they dissolve’, ‘A boundary is a place where you love yourself and the other at the same time’ (and following that definition, a boundary is for her probably the most beautiful place to be – she would like to extend her boundary zone to most of her life), and then lots of things that Audre Lorde is saying ad writing about the power of the erotic and and and…
Her fears are huge at times, but lately she doesn’t want to get rid of them anymore – she finds it true again and again that her trust and courage come from being with her fears and accepting them. She appreciates a lot the intimate sharing and authentic expression 1 to 1 or in small groups, may it be
talking, bodywork, dance, walking, attentive eating, or simply being in each other’s presence. Lately a fair amount of her motivation and energy goes to writing and organizing EU projects – Erasmus
+ mobilities for youth workers.

.

Nati 

Nati

Maxime 

Maxim

Defne

Defne

Marla 

Je suis née sous le signe de Vénus dans la froide Pologne, comme une manifestation d’abondance et d’amour. J’ai grandi telle un oiseau trop sensible, curieux ou étrange pour rester au même endroit. Après m’être ennuyée à l’université, où j’étudiais des questions existentielles et la nature humaine, j’ai décidé de vivre le monde tel qu’il est, sous sa forme brute et empirique. J’ai donc voyagé pendant quelques années, au dedans et en dehors de ma zone de confort, rencontrant des gens, découvrant des cultures, des plantes, des histoires et tombant amoureuse de l’art de la curiosité et de l’errance : que ce soit un mouvement, une danse, une relation, une assiette avec des légumes, une sexualité positive ou rester dans les bois en silence. La curiosité et la création sont devenues une force vitale qui me guide à travers la vie. J’ai naturellement trouvé ma place dans différentes cuisines en tant que chef: depuis de petits espaces communs et improvisés, en passant par la restauration et les services traiteurs pro, la nourriture de rites et cérémonies, les restaurants familiaux et les assiettes raffinées. Je suis toujours à la recherche d’un lien direct avec les plantes à travers une nourriture locale, saisonnière, simple et saine. C’est ainsi que retrouve une relation intime et honnête avec la nature et que je nourris l’essence sauvage de chacun d’entre nous.